CES MOUVEMENTS POUR VIVRE NOS 50 ANS (ET PLUS) AUTREMENT

 

A partir de 50 ans, nous avons, plus que jamais, besoin de booster notre métabolisme. Et un des meilleurs moyens pour y parvenir est de se mettre en mouvement.

Un nouveau paradigme du mouvement

 

Si vous n’avez pas encore lu les articles précédents ( « Après 50 ans ,être en mouvement autrement » ainsi que : « A partir de 50 ans nourrissez-vous de mouvement » ), je vous invite à le faire pour mieux comprendre de quel type de mouvement on parle.

Ce qu’il est essentiel de retenir est que, ce nouveau paradigme du mouvement nous incite à faire en sorte de mieux distribuer le mouvement à travers notre corps et cela, tout au long de la journée.

 

Du mouvement ici, maintenant et tout le temps

 

Afin de créer cette diversité de mouvement dans notre quotidien 5 grands principes sont à suivre énoncés dans : « 5 principes pour bouger efficacement »

Il ne nous reste plus qu’à appliquer ces principes à l’aide d’exemples pratiques.

C’est l’objet de cet article que vous attendiez avec impatience !

Voici en effet tout un panel de mouvements qui ..

  • …prennent le contrepied de nos positions chroniques (principe n°1)
  • …sont tous intentionnels, c’est-à-dire guidés par une fonction de la vie quotidienne autre que celle de se muscler ou se tonifier.(principe n°2)
  • …s’adaptent à notre environnement (principe n° 3)
  • …traduisent l’immense variété de mouvements fonctionnels possibles si on fait preuve d’un peu d’imagination (principe n°4)
  • …répondent aux besoins de votre corps et vos envies (principe n° 5)

Cela vous parait impossible ou carrément un peu fou !? Rassurez-vous ce n’est pas si difficile et même beaucoup plus facile que d’aller faire son heure de sport ! Et c’est en plus assez amusant !

 

5 principes et plus d’une trentaine d’exemples  

 

Pour vous donner une idée de l’application de ces principes, voici plus d’une trentaine d’ exemples que j’ai testé,  pour vous mettre en mouvement.

Ce sont toutes les habitudes que j’ai intégré progressivement à mes tâches quotidiennes. Voici donc tous ces gestes qui ont changé mon mode de vie et me permettent d’être en mouvement la plupart du temps, au fil de mes journées.

 

Ces mouvements qui nous font vivre autrement

 

J’ai fait en sorte de les lister par tâches fonctionnelles par respect du principe n°2.(donc les mouvements de musculation juste pour se muscler n’en font pas parti)

 

S’installer pour travailler (taper sur l’ordinateur ou écrire à la main…)

 

Comme nous sommes très nombreuses à passer des heures devant un ordinateur , assise derrière un bureau, je commence tout de suite par vous proposer des solutions visant à contrecarrer cette position chronique très problématique. Allez relire éventuellement le principe n° 1 de l’article sur les 5 principes pour bouger efficacement. Je vous y détaille les différents axes du corps sur lesquels on intervient

Je travaille désormais le plus souvent en étant assise au sol (voir article « position assise ») ou debout. J’utilise pour cela des tables basses, des caisses à hauteurs variables pour varier mes positions, des coussins et tapis utiles selon les postures .

Côté bureau: sortez votre scie!!

Allez! …quand je vous dis on change…on change! Pour ma part ça a commencé par un peu de bricolage!

En effet, j’ai  scié les pieds d’un de mes deux bureaux ! Oui!… carrément! Et j’adore mon nouvel espace de travail !

J’ai ajouté tapis et petit matériel (caissettes) pour varier les postures.

Je varie les assises soit sur…

… à genoux sur un petit banc de sol

…  assise avec mobilité des hanches, sur un swiss ball . Ici il est nécessaire d’ajouter une petite caisse pour rehausser le plan de travail

…en tailleur sur une brique de yoga

…assise au sol jambes écart avec, là encore , une petite caisse pour relever le plan de travail

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

…soit debout

 

 

Pour travailler debout , j’utilise un bureau « normal » sur lequel j’ajoute des caissettes en bois

J’en profite pour solliciter mes orteils en flexion et en extension

 

 

 

 

 

 

Mes autres postes de travail

Mon bureau est devenu « nomade ». J’alterne les lieux pour varier mes déplacements et certaines postures (voir, plus loin, le paragraphe « se déplacer »)

 

Le bar de la cuisine est idéal pour rester debout et j’ajoute mon coussin de mobilité sous mes pieds.(voir plus loin, « côté cuisine »)

 

 

 

 

Un canapé revisité

Dans le salon , j’ai retiré les coussins du dossier de mon canapé.

Ces mêmes coussins me servent désormais de supports pour poser ordinateur, cahier ou livres. Ainsi mon canapé offre beaucoup plus de postures possibles : en tailleur, jambes tendues, une jambe tendue/une jambe pliée, à plat ventre ou à genoux.

 

A plat ventre avec coussin sous le bassin

Jambes tendues (avec coussin sous les fesses)

A genou

 

 

 

 

 

 

 

 

position accroupie

Position en tailleur

 

 

 

 

 

 

Au sol avec un boolster , en utilisant la table basse, on peut aussi se mettre à genoux ou accroupi.

 

Position accroupie sur un boolster

Position à genoux sur un boolster

 

 

 

 

 

 

 

 

Avec un coussin moins épais on peut s’asseoir avec les jambes en alternance d’un côté ou de l’autre ou jambes croisées

 

Les jambes sur un côté, fesses rehaussées par un coussin

Une jambe croisée par dessus l’autre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On peut aussi utiliser les bords du canapé pour d’autres postures pratiques pour lire par exemple.

Flexion orteils pied droit , ouverture hanche gauche (penser à changer de côté)

A genoux, avec flexions orteils ou orteils allongés en extension

Ouverture cuisse droite (psoas iliaque) en avançant le bassin et flexion genou et ouverture hanche gauche (penser à changer de côté)

 

 

 

 

 

Descendre au sol, se relever et…recommencer!

Un autre avantage d’être au sol c’est que, à chaque fois que je me relève (ce qui doit bien faire entre dix et trente fois selon les jours…) cela m’oblige à forcer sur les muscles de mes jambes et à solliciter mes articulations . Effort auquel j’ajoute quelques étirements (jambes, bas du dos essentiellement).

Quand j’effectue un travail dans lequel je suis très absorbée, j’utilise un petit timer qui bipe tous les ¼ d’heure. A chaque bip je change de position. Sinon je change de position ou je « m’active » (alors là…je fais de « vrais » mouvements de muscu type burpees, moutain climb…) pendant les temps d’attente comme, par exemple  les temps de téléchargements de documents ou de photos ( quand on écrit un article !)

S’installer pour manger

 

Quand je suis toute seule, je mange au sol, mon assiette sur une table basse.

Il m’arrive aussi de me mettre sur le « canapé adapté » avec un plateau repas.

Pour manger avec d’autre personnes (et ne pas passer pour une sauvage !), j’ai placé deux bancs de jardin accolés (qui forment ainsi comme une large banquette) pour pouvoir m’asseoir comme au sol (en tailleur) mais à table avec ma famille ou invités.

En tailleur

A genoux

 

Une jambe pliée , une jambe tendue

 

 

 

 

 

 

Si je suis obligée, en dehors de chez moi, de rester sur une chaise, je me déchausse pour placer mes orteils en flexion (comme sur la photo assise au bord du canapé)

S’occuper de son hygiène

 

Soin du visage

Mon petit rituel de soin du visage avec massage se passe désormais accroupi. (ce qui représente un temps de 10 minutes environ le matin et 10 minutes le soir). J’ajoute une petite couverture roulée sous les pieds pour soulager les chevilles quand elles ne sont pas encore très échauffées (le matin au réveil par exemple) Je place aussi mon coussin de méditation juste derrière pour soulager aussi la position accroupie en m’asseyant de temps en temps dessus. J’utilise aussi le coussin pour m’asseoir en tailleur.

Accroupie , talons surélevés

Accroupie avec genoux plus écartés

En tailleur, un genou au sol

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Soin du corps

Lorsque je m’enduis de lait pour le corps ou de mon super magnésium transcutané sur les jambes, c’est l’occasion de le faire debout en étirement dynamique buste sur cuisse (ça me réchauffe en même temps vu que je le fais dans ma chambre qui n’est pas chauffée !)

Pour la douche j’utilise un gant de toilette exfoliant, qui m’oblige à frotter un peu plus fort qu’un gant tout doux. Frotter vigoureusement toutes les parties de son corps apporte de nombreux mouvements en torsion, étirement de bas en haut, etc…dans lesquelles je cherche la plus grande amplitude. J’essaye aussi de le faire de ma « mauvaise main » quand je suis motivée !

Au petit coin

Aux toilettes, chez moi, soit je place un panier sous mes pieds pour me positionner le plus possible en position accroupie (idéale contre la constipation) , soit j’appuie mes mains en arrière, sur la cuvette et je ne pose pas les cuisses ( le fameux mouvement de dips qui sert à renforcer les triceps en musculation). Comme je m’hydrate beaucoup, je suis très souvent aux toilettes ! Je n’ai pas vraiment compté mais je ne dois pas être loin de 6 ou 7 fois par jour. A raison d’environ 10 secondes dans la position de dips j’en fais donc 1 minute chaque jour.

 

S’occuper de la maison

 

 

 

 

Pour vider le linge de la machine :  position accroupie.

 

 

 

 

 

Je monte à l’étage le panier de linge en m’amusant à le porter sur ma tête. (Évitez de faire ça avec la pile d’assiettes c’est plus risqué !).

J’aime beaucoup ce portage « à l’africaine » que je trouve agréable . Ce mouvement permet à la fois une posture très redressée, sollicite les muscles posturaux et de la nuque, ainsi que les articulations des épaules.

 

Toujours côté linge, l’étendoir peut ajouter une charge supplémentaire si vous le tenez (vide) à bout de bras pour le déplacer.

 

 

 

 

 

Faire ses courses

J’ai viré mon caddie et je porte mes courses dans des sacs. Quand je n’ai qu’un seul sac je le porte de ma « mauvaise main ».

Je vide les sacs de course jambes tendues, dos plat ou en squats

 

Côté cuisine

 

La cuisine est peut-être l’endroit où je bouge le plus !

Rangement en mouvement

Pour vider la vaisselle du lave-vaisselle : je descends en fente sur jambe gauche pour récupérer les assiettes, en fentes à droite pour mettre dans les placards en bas à droite (mes verres et assiettes ont « déménagés » dans les placards du bas car ce sont des objets que j’utilise au moins trois fois par jour)

Fente latérale gauche

Fente latérale droite

 

 

 

 

 

Pour ranger les couverts, je place le panier sur le rebord du meuble et j’ouvre le tiroir où se range les couverts. Je me positionne de dos de façon à attraper quelques couverts en me tournant (mouvement de torsion) et les ranger en me tournant de l’autre côté. On peut alterner les vitesses.

 

Torsion à droite

Torsion à gauche

 

 

 

 

 

Quand ça infuse…on bouge!

A chaque fois que je me fais chauffer de l’eau pour une infusion (3 à 4 fois par jour) je m’étire le dos et l’arrière des cuisses en posant mes mains sur le rebord du meuble de cuisine . Puis , toujours en m’appuyant sur le rebord j’ avance le bassin pour étirer les mollets . Puis je  m’avance encore pour une extension de la colonne vertébrale vers l’arrière . C’est un peu , pour celles qui connaissent, la posture de yoga revisitée dans la cuisine : le « chien tête en bas » et « tête en haut ».

Étirement du dos ,de l’arrière des cuisses et des épaules

Étirement des mollets

Extension colonne vertébrale

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ranger, en haut, en bas …

 

 

Jambes tendues, buste sur cuisses pour récupérer des objets dans le tiroir du bas

 

 

 

 

 

 

 

Pour ranger les casseroles dans le placard du bas , je le fais accroupie et je me relève en squat

 

 

 

 

 

Pour les tâches debout et au même endroit, dans la cuisine j’utilise un coussin d’équilibre (20 euros chez Décathlon). Ce petit coussin malin permet de nombreux mouvements fins de la cheville, du pied et des orteils.

On peut alterner des mouvements d’avant en arrière sur deux pieds ou sur un seul .

On peut aussi alterner la pression pour solliciter le bassin .Le travail d’équilibre sur un pied est idéal pour renforcer les muscles posturaux.

Il y a deux surfaces différentes sur l’endroit et sur l’envers. Sur la surface plus soft je place la pointe de mon pied dessus , orteils en flexion et j’utilise la partie avec des gros picots pour le reste . Cette stimulation du dessous des pieds provoque un effet massage sympa.

 

Quand j’épluche mes légumes debout je place mes pointes de pieds de façon à mettre mes orteils en hyper flexion. Un pied après l’autre bien sûr ! J’essaye de râper mes légumes à la main mais souvent je finis encore au robot !

Côté ménage :

 

Le ménage peut être très « physique » si on amplifie et accélère tous les mouvements pour frotter, aspirer, balayer, ranger, se baisser, se relever, se pencher, porter, tirer ou pousser un meuble, changer ses housses de couette, etc…Personnellement, une musique entrainante m’aide beaucoup !

Pour varier les plaisirs, j’essaye de passer l’aspirateur et de balayer de mon côté inhabituel. Je vous avoue que je suis encore très inefficace comme cela ! Même principe pour passer le chiffon …je me sens carrément handicapée de la main gauche !

Exploiter son environnement

 

Dedans , on profite des portes…

 

 

 

Je m’étire régulièrement les épaules en passant les portes et en calant mes mains (pour faire levier) en haut des portes. Selon les portes je n’utilise pas le même écartement des bras.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

…et des escaliers

J’ai la chance d’avoir deux étages dans ma maison. J’use et abuse donc de mes escaliers. J’utilise la moindre occasion pour monter ou descendre, même si c’est juste pour ranger une paire de chaussettes qui traine ! Pour vous, si vous habitez en immeuble vous pouvez bien sûr oublier le plus souvent l’ascenseur.

La meilleure façon de monter…

On peut s’amuser à varier les façons monter et descendre les escaliers.

Pour la montée j’alterne :  très vite en montant les genoux ou, marches deux par deux ou, marches trois par trois (en m’aidant de temps en temps de la rambarde ou des marches pour me tracter) ou, chaque marche en sauts pieds joints ou, en quadrupédie (mains à plat ou sur le bout des doigts)

Pour la descente : en quadrupédie à l’envers, marche deux à deux (en me plaçant chaque fois de profil et en me tenant à la rambarde ou pas).

Descente en quadrupédie

Descente de profil par deux marches

Marches en montée   2 à 2

Montée par 3 marches

En montée en quadrupédie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pas tout au même endroit!

Grâce à mon bureau « nomade » où je travaille à différents endroits de la maison, je fais souvent des allers retours pour récupérer des documents (l’imprimante est à l’étage…) ou objets divers dont j’ai besoin.

Je fais exprès de ne pas ranger ensemble « les choses qui vont ensemble » : le poivre dans le placard du haut, le sel dans le placard du bas, les assiettes à droite de la cuisine, les verres de l’autre côté, la lessive loin de la machine à laver, etc..Je multiplie ainsi les déplacements et les mouvements haut et bas.

Dehors, on sort des sentiers battus

A chaque fois que je sors marcher ou courir je trouve un endroit (arbre ou barrière) pour faire quelques suspensions, et des sauts en contre haut ou contre bas en montant sur des gros cailloux ou des bancs. Bref je sors souvent des sentiers battus !

Se déplacer :

 

Remarque : certains exemples ci-dessous nécessitent que les muscles soient échauffés. Il est donc préférable de les effectuer quand vous avez fait d’autres tâches actives préalablement

Chez moi, d’une pièce à l’autre :

Je suis toujours pieds nus à l’intérieur et dans le jardin ou ailleurs dehors dès que le terrain (et le climat) me le permet (un article sur le sujet des pieds est prévu…). Je vous ai déjà parlé des effets du contact avec le sol dans l’article « A la ménopause, gardez les pieds sur terre »

Dans mes déplacements dans la maison, j’alterne des séries de déplacements variés :

Debout : des fentes en marchant, des sauts de grenouille (oui ! oui ! de la cuisine au salon ! …mieux vaut prévenir votre entourage !), des montées de genoux, des talons fesses, des sautillés…

En quadrupédie : la marche de l’ours, du singe, saut de lapin (bon ..là il est préférable de ne rien avoir dans les mains…)

A l’extérieur :

La plupart de mes conversations téléphoniques se passent dehors en marchant (ce qui représente au moins une heure par jour ! ah !…quand nos enfants étudiants sont loin de nous !) ou en effectuant des tâches dans la maison .

Je vais travailler dès que possible, en marchant (45 minutes de trajet aller-retour avec des bonnes grimpettes !) ou en vélo (5 minutes à l’aller…ça descend…et 20 minutes au retour !…forcément ça monte ! je vous laisse imaginer la pente !)

En voyage, j’essaye de porter ma valise de temps en temps (en changeant de côté régulièrement) plutôt que de la faire rouler.

Lors de mes (rares) déplacements à Paris, dans le métro, il ne me vient même pas à l’idée d’utiliser les escaliers mécaniques ! ( enfin…sauf avec une valise de plus de 20 kilos !). Et les 7 ou 8 étages dans les immeubles des personnes de ma famille ou des amis se font…à pied vous vous en doutez!

Se reposer (vraiment…)

 

Depuis peu de temps j’ai réalisé que lorsque je me sentais fatiguée, plutôt que de grignoter pour croire que cela me redonnera de l’énergie, plutôt que de m’acharner à vouloir terminer à tout prix un travail, plutôt que de consulter sans raison tout ce qu’on peut trouver sur les réseaux sociaux. . il me suffisait juste…de me reposer !

Désormais, je marque de vrais temps de pause dès que j’en ai besoin. Autrement dit des moments qui permettent à  mon organisme de se ressourcer et mieux récupérer.

S’allonger à une différence près…

Dans ce cas, je reste allongée simplement en alternant position sur le dos ou sur le côté. Mais la petite différence de d’habitude, c’est que je m’allonge sur un tapis au sol (surface volontairement moins moelleuse qu’un matelas) et sans oreiller. C’est une façon d’apporter des charges plus intéressantes au niveau de la nuque, du dos, etc…… .

Le bras placé sous la tête pour soulager la nuque permet un étirement avantageux de l’épaule

 

 

 

 

 

 

 

 

En hiver , profitez des journées ensoleillées pour , en prime, vous allonger au soleil derrière une baie vitrée. Un moyen malin d’ajouter mouvement et vit D!

En plaçant les mains derrière la nuque on étire en plus les épaules et haut du dos

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Se booster  ou se détendre

Il m’arrive aussi de faire des postures de yoga au hasard de mes envies et besoins (principe n° 5) .

Si j’ai besoin de me booster je fais des postures inversées (plutôt avant les repas…) .

Si j’ai besoin de me détendre je fais des postures plus tranquilles vers l’avant ou en torsion. L’article «  A la ménopause , le yoga s’impose » liste les immenses bienfaits de cette discipline pour notre âge.

Posture renversée mains au sol , pieds sur rebord du canapé

Désolé…pas évident de se placer dans cette posture avec un retardateur de 10 secondes!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les postures en ouverture sont salutaires après un long moment passé devant son ordi.

Inspirée du yoga, voici une posture particulièrement relaxante tout en ouvrant bien la cage thoracique et les épaules

Étirement avant des cuisses et ouverture haut du corps

 

 

 

 

 

 

 

Je peux aussi tout simplement prendre ce temps pour méditer assise en tailleur sur un petit coussin de sol (ça peut se faire sur une chaise si votre poste de travail vous y oblige)

Dormir

Je n’utilise plus d’oreillers pour dormir. C’est fou ce que j’ai moins mal à la nuque depuis !

L’été j’aime aller dormir sur une terrasse ou dans un jardin , au sol.

Jouer, partager, danser, créer…

 

J’ai tenu à placer ces actions comme tâches nécessaires de la vie courante. Jouer, danser ne devrait pas être optionnel. Aussi bon pour notre moral que pour notre corps. Voici des belles occasions sympas pour varier nos mouvements.

 

Je danse dans n’importe quelle circonstance de la journée (bon…pas dans la rue quand même…).

C’est une danse libre, selon mes envies, mes ressentis, mon énergie. Avec ou sans musique, dehors ou dedans, je ne me pose pas de question sur mes mouvements.

Pour plus de détails venez lire « Vous vieillissez eh bien dansez maintenant ! » Si quelqu’un se trouve par là sur mon passage, je l’embarque avec moi dans quelques pas de danse !

 

 

Redevenir des enfants

 

 

En famille je profite des occasions qui se présentent pour jouer, aux raquettes, au ballon, faire la course, se défier , s’amuser à se porter,…

 

 

 

 

 

 

Se porter , version été

Se porter, version hiver

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

…mais aussi, pendant nos balades, à grimper à un arbre, escalader des rochers, marcher en équilibre sur des troncs d’arbres, traverser une rivière ,…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

…faire des roulades ou des roues, se rouler dans l’herbe ou dans les feuilles, etc…

 

 

 

Quelles sensations grisantes de retrouver ces gestes perdus de notre jeunesse !

Une liste (presque) illimitée

 

Vous pouvez constater l’immense variété de mouvement  possibles selon nos activités de la journée. La liste n’est, bien sûr, pas exhaustive. Je n’ai pas décrit, par exemple, l’activité : « regarder la télé » car…je ne la regarde jamais. Mais toutes les postures au sol ou sur le canapé « adapté » sont valables dans ce cas.

J’aurai pu aussi ajouter « jardiner ». Malheureusement, je n’ai pas encore le temps pour cela. Si vous avez la chance de pouvoir pratiquer cette activité, hautement bénéfique à plusieurs égards, vous pouvez entrevoir aussi la multiplicité de postures au sol qu’elle permet

A ce stade de lecture je pense que vous avez compris le principe de création de mouvement dans sa vie de tous les jours.

Avant d’adapter ces exemples selon votre environnement et vos tâches quotidiennes, vos envies et vos possibilités voici quelques derniers conseils pour vous lancer.

Les petites astuces Gagnantes :

 

1/ Allez y progressivement

 

La progressivité est de mise tout d’abord pour ne pas vous blesser. S’accroupir 20 fois par jour alors que vous avez passé 50 ans de votre vie sur des chaises ne va certainement pas convenir tout de suite à vos genoux ! Des étapes sont nécessaires pour ce type de mouvement qui sollicite beaucoup vos articulations (voir le paragraphe « Mon expérience d’une vie terre à terre » article déjà cité ici ).

La règle d’or dans chaque posture est de ne pas forcer sur vos articulations au-delà des charges auxquelles elles sont habituées. Pour cela , ne portez pas de charge trop lourdes au départ, et vous augmenterez ensuite. Pour les postures au sol placez des coussins et couvertures pour caler un genou douloureux ou une cheville raide.

Restez très vigilante sur les changements de position car c’est souvent là que l’on se blesse. Relevez vous doucement, trouvez des appuis pour soulager la charge au départ. Lorsque vous êtes restée accroupie un moment prenez le temps de tendre vos jambes en restant assise au sol. Coincez un livre (ou une brique de yoga) entre vos genoux et serrez l’objet. Cette astuce replacera idéalement vos genoux avant de revenir debout .

2/ Comme d’habitude…

 

Comme n’importe quelle habitude cela met du temps à s’installer.

Je vous conseille d’intégrer ces gestes petit à petit . Lorsqu’un geste est devenu une habitude, vous en ajoutez un autre.

3/ Réinventez votre environnement

 

Il en va de même pour les petits aménagements à modifier dans votre habitat. Ne sciez pas tout de suite votre bureau ! Prenez le temps de tester ou ajouter un tapis pour vous mettre au sol, ou prévoir des coussins pour caler vos genoux , etc.

Prévoyez des plateaux et des espaces pour être plus « mobile » dans votre habitat.

4/ A l’aise …sans vos baskets !

 

S’il y a bien une habitude prioritaire je dirai que c’est celle-ci ! Sortez vos pieds, même de vos chaussons, et marchez pieds nus ! (je vous en reparle bientôt !)

5/ Détachez vos ceintures !

 

Cette façon de vivre va sans dire qu’il est préférable de porter une tenue adaptée qui vous permettra d’être à l’aise dans vos mouvements. La petite jupe forme crayon, c’est sympa mais pas très pratique à ce niveau là ! Le jean trop serré et les ceintures …même problème !

Optez pour des pantalons larges fluides en coton type jogging , très confortables ou des leggings. Pour le haut, personnellement, je préfère les tee-shirts près du corps pour éviter d’avoir le ventre à l’air dès que je m’agite.

Je trouve aussi plus pratique de porter des brassières de sport (sans armatures) en sous-vêtements qui apportent une plus grande aisance également.

Témoignage : mes premières impressions

 

J’ai opté pour ce nouveau mode de vie depuis maintenant environ 1 an. Bien sûr je n’ai pas tout changé du jour au lendemain. Tout cela s’est mis en place progressivement et au fur et à mesure de mes idées.

Je peux néanmoins témoigner de ce que cela a changé pour moi

Des changements imperceptibles et fins dans la posture.

 

J’avais tendance à avoir le haut du dos légèrement vouté dans certains exercices ou certaines postures. J’ai gagné nettement en ouverture d’épaule et je me positionne maintenant beaucoup mieux

Une amplitude articulaire qui s’améliore ;

 

Je tiens beaucoup plus longtemps les postures accroupies, mes genoux commencent à mieux supporter les hyperflexions, mes chevilles commencent à gagner en flexibilité (même si ce n’est pas encore parfait !) mes hanches s’ouvrent davantage. Et tout cela sans aucune douleur.

Un gain de force musculaire ;

 

Je réussis des postures renversées de yoga en appui sur les mains , sur la tête ou sur les avant bras que je ne parvenais pas à réaliser avant et je les tiens plus longtemps (j’ai pris de la force dans les bras, les épaules et les muscles du cou). Me sentir plus tonique et plus forte contribue aussi à  renforcer  mon mental. Ce sont les mêmes sensations que lors de séances de musculation comme je vous en parle dans « la musculation fonctionnelle pour être belle »

Des douleurs qui disparaissent :

 

Je n’ai plus aucune douleur au genou quand je cours. Mon aponévrosite plantaire à totalement disparue ( avant je devais  porter des semelles orthopédiques à cause de cela,  pour courir). D’ailleurs je n’ai plus mal nulle part ! Vous en connaissez beaucoup qui peuvent dire ça à 58 ans ?

Un regain d’énergie

 

Ces moments en action m’apportent plus d’énergie globalement dans la journée . Je me sens plus motivée avec d’avantage d’entrain.

Ma liberté chérie !

 

Par-dessus tout je sens mon corps toujours alerte, disponible. C’est une sensation de grande liberté qui n’a pas de prix !

Quel plaisir, pour moi, de pouvoir garder, tant que je peux, un corps mobile , conserver le plus possible de la fluidité et de l’aisance .C’est une façon de mener une vie plus harmonieuse entre l’équilibre du corps inévitablement lié à celui de l’esprit.

Conclusion : penser différemment pour bouger autrement 

 

Vous constatez ici qu’il n’est pas nécessaire de quitter votre travail ou votre maison, de vous mettre en tenue spéciale de sport pour bouger davantage ; vous avez tout simplement besoin de penser différemment pour bouger autrement.

Cet article a pour ambition de vous montrer comment le faire et, il est fort possible, qu’à ce petit jeu, vous trouviez pleins d’autres situations

Si c’est le cas racontez-le !

Et si on partageait nos idées ?

 

Maintenant que vous avez compris le principe, je serai ravie de lire vous trouvailles ! Je suis sûre que l’on peut encore inventer des mouvements pour enrichir notre quotidien.

Alors n’hésitez pas à apporter vos idées en commentaires !

Pas encore de commentaires.

Poster un commentaire